SPORT – Trouver la motivation de s’y mettre

Article illustré avec des photos reçues via Death to the stock – toutes libres de droit (non c’est pas moi dessus…)

Bonjour à tous!

Voici mon premier vrai article. J’ai beaucoup hésité sur lequel publier en premier et je me suis dit qu’il fallait que je commence par ce qui était le plus important pour moi en ce moment: le sport. Voici ce qui vous attend:

  1. Ma vie mon oeuvre: Le jour où tout a basculé / CV sportif / Prise de conscience finale
  2. Les conseils (au nombre de 6)

 

DeathtoStock_SWEAT-2

1. Ma vie mon oeuvre

Le jour où tout a basculé.

Comme beaucoup de personnes de mon âge, j’ai un passif sportif, suivi d’une grande traversée du désert que même Jésus il a jamais vu ca. Le déclic je l’ai eu quand un jour mon médecin m’a demandée si j’étais sportive. J’allais répondre oui quand soudain, ma petite voix intérieure (celle-là même qui vous dit « c’est le verre de trop », « tu vas amèrement regretter ce double Magnum », « tu n’as pas les moyens pour t’acheter ces chaussures ce mois-ci », l’emmerdeuse quoi) s’est mise à rire tellement fort que je n’ai pas pu l’ignorer plus longtemps. Le « oui » qui s’apprêtait à sortir de ma bouche n’était en fait qu’un réflexe inconscient puisque j’avais répondu oui à cette question depuis mes 7ans. Mais il fallait que je me rende a l’évidence: NON je ne suis PLUS sportive… De l’importance de la sémantique: j’insiste sur le « plus »…

J’ai ressenti un besoin de me justifier, de dire « je suis effectivement une loque actuellement MAIS quand j’étais plus jeune blablabla ». Ça vous fait ça, à vous aussi? 

Voici mon CV Sportif, seul témoin de l’immense athlete que je fus… 

CV Sportif:

CE1 > 1ère année de fac: natation
Avec en guest stars:
CM1 et CM2: gym
6ème: hand (échec, moi pas être faite pour les sports co)

Fin de l’ère sportive numéro 1, aussi connue sous le nom de « LE SANS FAUTE »… Cette ère numéro 1 sera suivi par l’ère numéro 2 (woooooaaaaaa), aussi dite « LE REVEIL SOUS UNE COUCHE DE GRAS ». Cela fera l’objet d’un article passionnant d’ici peu.

Prise de conscience finale.

Cette douloureuse confrontation à la réalité a eu lieu début 2015. Je ne m’explique toujours pas pourquoi j’ai mis autant de temps à accepter le fait que je n’étais plus sportive (fierté peut-être?).

En revanche je m’explique très bien pourquoi cette conclusion ne m’a pas plu: le sport c’était ma vie, ma raison de vivre, c’était moi à 100%…et aussi mon corps. Je me rappelle encore de ce jour où je me suis dit qu’il fallait que j’arrête de croire qu’une once de muscle avait survécue ici bas. Je me suis regardée en sous-vêtements dans le miroir et j’ai vu. La définition la plus primitive du mot complexe. Moi qui avait toujours eu des abdos et un ventre super plat, j’avais beau contracter, je voyais bien que le champ de bataille avait été fuit par tous les soldats (appréciez la métaphore). Mes jambes et mes fesses avaient indéniablement gonflées, je compris enfin pourquoi j’avais l’impression qu’aucun pantalon ne m’allait jamais: en fait c’était mon corps qui ne m’allait plus. Mon reflet dans le miroir ne me plaisait pas du tout malgré les « mais attends t’es pas du tout grosse », « faut pas abuser il est où ton gras? » reçu des personnes ne m’ayant pas vue en maillot de bain depuis le lycée. Il est vrai que l’on est est toujours plus sévère envers soi même mais là c’était simplement du réalisme, et j’ai dû accepter que j’avais bien morflé!

Alors que j’étais encore (inconsciemment) confortablement installée dans mon dénis, et juste pour être sure que ce n’était pas le miroir qui me grossissait (je vous jure sur ma vie que le premier soir j’ai accusé notre miroir), on a investi dans une balance. Cette peste (sans doute meilleure pote de ma petite voix intérieure) était trop contente de m’annoncer que j’avais ramassé 7kg depuis le lycée dont, à mon humble avis, au moins 4 ou 5 en un an de travail post université. A noter que je suis de nature plutôt menue, et que je ne mesure que 164cm donc 7 kg croyez moi ça se voit.

J’ai dit STOP, la bête était lancée!! Bon en vrai le process a été un peu plus long: voir, nier, accepter, pleurer voila.

DeathtoStock_SWEAT-10

2. Les conseils

Si j’ai réussi à reprendre (vous avez vu j’ai mis REprendre pour bien vous montrer que j’avais été sportive dans une autre ère) le chemin du sport, vous le pouvez aussi. Le plus dur est le premier pas, après je vous assure que ce sera beaucoup plus simple! Voici les conseils qui pourraient vous être utiles pour vous (re)mettre sur le droit chemin:

Avoir un objectif.
Ou: savoir pourquoi vous voulez faire du sport.
Avoir un corps musclé? Perdre du poids? Prendre du poids? Se vider la tête? Se lancer des challenges? Uniquement pour le fun? Cet objectif va vous permettre de garder la motivation dans les moments ou vous avez envie de reprendre vos mauvaises habitudes.
 
Trouver le sport adapté. 
Ou: quel sport va vous amener à votre objectif ET vous plaire?
Si votre objectif est de vous muscler relativement rapidement, faire uniquement de la course à pied risque vite de vous démotiver par exemple. Ensuite, il faut tout simplement quelque chose que l’on aime et ne pas se forcer pour suivre telle ou telle mode (si le TBC c’est pas votre cam’ arrêtez de suite).
Avoir l’équipement adapté.
Ou: l’habit fait CARREMENT le moine.
Attention je ne suis pas en train de vous dire de vous acheter une remorque, un garage et un canoë si c’est sur le canoë que votre dévolu s’est jeté! Comprenez que si votre équipement est adapté à votre sport, vous serez à l’aise et vous pourrez vous concentrer sur votre séance et vous éclater. Exemple: vous voulez vous mettre à la course à pieds mais pas de chance nous sommes en décembre et il fait moins 8000 (team Asterix et Obelix, no shame), si vous n’avez rien pour couvrir vos mains, vos oreilles et votre arrière train de manière efficace, tout ce que vous retiendrez de cette séance c’est que la course à pied c’est affreux, il fait froid et j’ai plus envie d’y retourner. Idem si vous allez à la salle de sport avec un vieux haut tout détendu et que vous passez votre séance à le tirer pour couvrir votre bidou. Il s’agit ici aussi d’éviter les blessures, et pour ca je pense notamment aux chaussures portées lors de vos séances qui ont une grande importance dans de nombreux  sports afin d’assurer un bon maintien de la cheville, une bonne stabilité.
Prendre du plaisir.
Ou: on ne voit pas le temps passer quand on s’amuse.
Si vous ne prenez pas de plaisir alors il y a très, très, très peu de chance que vous vous y teniez dans la durée. En prenant du plaisir vous aurez envie de vous resservir, un vrai cercle vertueux. Bien entendu ça vaut pour se lancer, pour la motivation du début. Une fois que vous aurez des objectifs de performance il faudra accepter que certaines séances soient plus douloureuses que d’autres mais indispensables pour atteindre votre objectif!
 
Documenter votre évolution.
Ou: une photo vaut milles mots.
Certains objectifs sont très visuels (postures de yoga, perte de poids, prise de masse…) et se prendre en photo lors de vos premières séances vous permettra de voir une évolution que vous ne verriez sans doute pas dans votre miroir! La balance n’est, selon moi, absolument pas une référence mais se peser une fois tous les 3 ou 6 mois peut aussi faire partie du suivi. Pour les objectifs moins visuels voici quelques idées: vous pouvez noter vos courses, vos temps, le poids soulevé, les matchs gagnés, vos ressentis, garder vos dossards de courses, vos médailles et compagnie.
Choisissez un sport proche de vous géographiquement.
Ou: assurez vous qu’il ne vous faudra pas parcourir trois forêts vierges pour atteindre votre nouveau lieu de culte.
Pour ceci deux solutions: choisissez un sport qui se pratique à la maison, ou que vous pouvez pratiquer proche de chez vous et/ou de votre lieu de travail. Rentrer le soir après une dure journée de travail et devoir passer 30minutes en plus dans le métro pour rejoindre votre salle de sport c’est le meilleur moyen de sécher le sport une fois, puis deux, puis pour toujours!

Une fois ces conseils appliqués, je paries que ca va vous sembler plus naturel, plus simple. 

Si cela fait 1 an que vous vous dites qu’il faut que vous vous remettiez au sport mais qu’il ne se passe rien, et que les points ci-dessus ne vous aident pas du tout, c’est peut-être que finalement vous n’avez pas tant envie que ca de faire du sport? Peut-être que vos centres d’intérêt sont ailleurs. Et ce n’est pas un drame, il faut juste en prendre conscience pour ne plus perdre de temps et passer à autre chose!

Ceci étant mon premier article je pense que mon lectorat se limitera à environ 2 ou 3 lecteurs, partagés entre la famille et les gens qui se seront perdus sur Internet (bien bien pommés quand même, vu le référencement du blog), mais qui que vous soyez n’hésitez pas à me raconter votre vie de sportif, je lirais avec plaisir vos faits d’armes! Et complétez ma liste de conseils pour celles et ceux qui cherchent la force de se (re)mettre au sport!

La bonne bise à tous.

Alitchi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s